fbpx

Une question récurrente sur Linkedin est : Faut-il accepter tout le monde dans ses contacts ?
Oui, non et surtout pourquoi ?
Mais derrière cette question se posent des interrogations plus grandes encore.

A quel moment notre propre communication sur les réseaux sociaux perd en intérêt d’un point de vue social ?
Est-ce-que, au fur et à mesure que notre propre réseau croît, notre démarche ne devient-elle pas de moins en moins sociale ?

On note qu’au-delà d’un certain nombre de contacts il n’est clairement pas envisageable d’interagir avec tout le monde. La dynamique de départ aura donc évolué dans le temps dû au nombre de contacts.

Calcul simple > la majorité silencieuse est estimée à 80% sur Linkedin, quelqu’un qui aurait un grand réseau de 25 000 contacts aurait donc 20% de contacts actifs soit 5 000 personnes actives qui publient au minimum une fois par semaine.

Donc on peut admettre que lire, ou au moins balayer 5 000 publications par semaine serait un travail extrêmement chronophage, si ce n’est impossible.

Sans aller jusqu’à dire qu’il faut interagir avec tout le monde, loin de là, il faut / faudrait) malgré tout qu’il y ait des échanges d’opinions, débats d’idées, trucs et astuces, retours d’expériences, des likes et des partages, un intérêt certain pour l’autre, bref un engagement général à double sens qui fait que ces plateformes sociales sont si intéressantes.

Pour résumer on peut devenir victime de son succès et égocentrique malgré soi, une manière aussi de dire qu’on prend le melon !
Les réseaux sociaux favoriseraient donc le narcissisme ?!
Ceci est un autre débat !

A titre individuel on devient donc un média qui diffuse une communication descendante étant quasi incapable techniquement d’interagir avec les autres si ce n’est répondre à des sollicitations, messages privés etc. pour peu qu’on ait le temps de le faire aussi.

Donc on serait quasi incapable d’avoir des interactions avec des personnes que l’on a accepté dans ses contacts et qui ont souhaité faire partie de notre réseau pour des raisons que nous ne sommes plus capables d’assumer fort de notre popularité.

Est-ce-qu’on ne pourrait pas se dire que finalement être plus en vue et avoir beaucoup de contacts ne nous rendrait pas moins à l’écoute des autres de fait ?

Comme un contre-coup d’une sorte de succès qui nous empêcherait de faire ce pour quoi les plateformes de réseaux sociaux sont destinées à la base.

Malgré tout je pense qu’on doit accepter toutes les demandes de connexion Linkedin, à condition que ce soit de vrais profils avec de vraies personnes respectueuses et dans un état d’esprit enclins à engager des échanges constructifs.

Si vous en êtes là, vous voilà donc arrivé au statut d’influenceur.
Bravo, mais ce n’est pas une finalité ou obligatoirement un objectif à avoir !!

Libre à chacun aussi de trier scrupuleusement ses contacts afin d’avoir, pourquoi pas, un réseau fait de profils spécifiques à un métier ou certaines compétences.

Mais qui ne vous dit pas qu’un nouveau contact n’a pas un contact qui a un contact qui serait votre futur employeur ou client ?

Nous sommes tous à 6 poignées de mains les uns des autres selon des études sociologiques et même à 3,5 lorsqu’il s’agit des réseaux sociaux. 

Alors ne sous-estimons pas la puissance et le fort potentiel des réseaux.

Le personal branding

Principe général Le principe général du Personal Branding est qu’un homme ou une femme est considéré comme une marque, ainsi sa "promotion" est similaire à une promotion de produits ou services commerciaux. La distinction est donc faite entre : Le savoir-faire...

Les 6 niveaux de relations

6 niveaux de relations Frigyes Karinthy le premier en 1929, parle de degrés de connaissance séparant les êtres humains entre eux, aussi appelée Théorie des six poignées de main. Selon cette théorie, il est donc possible d’être en contact avec n’importe qui sur...

Social User ou média de masse ?

Une question récurrente sur Linkedin est : Faut-il accepter tout le monde dans ses contacts ? Oui, non et surtout pourquoi ? Mais derrière cette question se posent des interrogations plus grandes encore. A quel moment notre propre communication sur les réseaux sociaux...

La règle des 80-20

La première chose qui vient à l'esprit lorsque l'on parle de la règle des 80-20 est la Loi de Pareto, qui dit de manière empirique que environ 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Par exemple, on constate souvent qu'en gestion de clientèle, 80% du CA...

Employee Advocacy

L'Employee Advocacy est le fait, pour une entreprise, de mettre un programme en place pour faire en sorte que des collaborateurs volontaires deviennent ses meilleurs ambassadeurs et ce en grande partie grâce aux réseaux sociaux.En terme opérationnel cela se traduit le...